lexique

A 16

THROMBUS ARTERIEL

Caillot se formant dans une artère.

THROMBOSE

Processus définissant la formation d'un thrombus.

 

TELEASSISTANCE

La Téléassistance est un soutien à domicile, qui permet de sauver des vies, et contribue à préserver l’autonomie des personnes en évitant les complications dues à de nombreux accidents (chutes, malaises, etc.). Elle permet d’améliorer le sentiment de sécurité, de rompre l’isolement et la solitude.

SYMPTÖME

Un symptôme représente une des manifestations subjectives d'une maladie ou d'un processus pathologique, tel qu'exprimé par le patient. En général, pour une pathologie donnée, les symptômes sont multiples.

Les symptômes sont donc pour le patient les éléments d'alerte d'un processus pathologique en cours, motivant ainsi le recours à une consultation médicale permettant d'objectiver la plainte en retrouvant des signes, qui, rassemblés en syndrome puis en maladie, permettront de guider l'attitude thérapeutique.

SUBVENTION

Une subvention est une aide financière, c’est-à-dire une somme d’argent, qui est allouée par une institution publique ou territoriale à une personne ou une organisation privée ou publique dans le cadre d'un projet. Les bénéficiaires des subventions peuvent être des associations à but non lucratif ou autre, des entreprises de droit privé ou de droit public, des exploitations agricoles ou encore des lieux de spectacles comme les théâtres et les cinémas indépendants, des collectivités locales, etc.

STENOSE

Rétrécissement d'une artère.

SPONSORING

Un sponsor désigne une entreprise qui soutient une personne, un organisme ou une action d'intérêt général (culture, santé, social, etc...), non pas dans un but philanthropique comme pour le mécénat, mais commercial.
En effet le sponsoring (ou parrainage) induit des contre-parties au sponsor, à savoir notamment la promotion des produits et services de l'entreprise, ainsi que sa notoriété et son image de marque.

Il existe plusieurs types de sponsoring, à savoir :
- financier : il peut s'agir de dons (particuliers ou entreprises, de subventions (institutions), d'apports en numéraire, etc...)
- technologique : le sponsor met à disposition son savoir-faire technologique
- en nature : le sponsor met à disposition des marchandises ou des services, des moyens matériels, humains ou techniques
- de compétences : le sponsor met à disposition les compétences salariales.

 

SPATICITE

Tendance des muscles à être le siège de contractures.

SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE

Le retour à la maison est souvent source de difficultés. Un soutien psychologique est proposé aux patients : permanence téléphonique, forum internet, groupe d'échanges et de paroles, ...

SECURITE SOCIALE

Le terme sécurité sociale, sous-groupe de la protection sociale, désigne le système d'indemnisation, par les administrations publiques, des citoyens victimes des aléas de la vie (comme le chômage, la maladie, les accidents, la vieillesse, le décès d'un parent pour un mineur, etc.). Il s'agit d'assurer un minimum de ressources ainsi que l'accès aux besoins essentiels (éducation, eau, nourriture, hygiène) à tous les citoyens hors catastrophe, guerre ou calamité (qui relèvent elles de la sécurité civile).

SANG
 

 [ Sang ]

Fluide circulant dans les vaisseaux sanguins, constitué d'un milieu liquide (plasma) dans lequel baignent les éléments figurés.

Le plus important liquide biologique qui irrigue tous les organes, leur apporte oxygène et éléments nutritifs et les débarrasse de leurs déchets. Le sang est composé à 55% de plasma et à 45% de cellules, globules rouges, globules blancs et plaquettes.

 

RECHERCHE MEDICALE

La recherche médicale se divise en recherche fondamentale et clinique.
- La recherche médicale fondamentale vise à mieux comprendre le corps humain et ses maladies.
- La recherche médicale clinique se base sur les résultats de la recherche fondamentale pour inventer et prouver l’efficacité de nouveaux traitements ou techniques.

REEDUCATION

Tenter de faire retrouver à un membre ou une fonction organique lésés son bon fonctionnement.
La rééducation se réfère à :
- la réhabilitation en général comme rééducation psychique, psychique ou sociale
- la rééducation fonctionnelle (Kinésithérapie)
- la rééducation du langage (Orthophonie)

PROTOCOLE DE SOINS
Le protocole de soins est un formulaire qui ouvre les droits à la prise en charge à 100 % (sur la base du tarif de la Sécurité Sociale). C'est le médecin traitant que vous avez choisi qui rédige votre protocole de soins, définissant l'ensemble des éléments thérapeutiques et mentionnant les médecins et professionnels de santé para-médicaux qui vous suivront dans le cadre de votre affection : c'est le parcours de soins coordonnés.

Le protocole indique :
- les soins et les traitements nécessaires à la prise en charge et au suivi de votre maladie ;
- les soins et les traitements pris en charge à 100 % et ceux qui sont remboursés aux taux habituels de la Sécurité sociale (certains soins et traitements peuvent ne pas être pris en charge, comme par exemple les spécialités pharmaceutiques non inscrites sur la liste des médicaments remboursables) ;
- les autres praticiens qui vous suivront dans le cadre du traitement de votre maladie, ainsi que leur spécialité. Vous pourrez ainsi consulter directement les médecins mentionnés dans le protocole de soins sans passer par votre médecin traitant.

PRISE EN  CHARGE

L’information concernant l’organisation de la prise en charge au domicile et les aides est dispersée et les démarches peuvent être longues face à la complexité administrative et financière des systèmes existants.
Des fiches concernant divers aspects médicaux ou sociaux du retour au domicile sont distribuées sur demande aux adhérents de l'association.

PREVENTION DES RISQUE
La prévention est un ensemble de mesures à prendre afin d'éviter qu'un accident, une épidémie ou une maladie ne survienne.
Elle consiste à limiter le risque, c'est la prévention proprement dite : mesures visant à prévenir un risque en supprimant ou en réduisant la probabilité d'occurrence du phénomène dangereux.
La prévention vise à prévoir des mesures pour combattre le sinistre si celui-ci survient, c'est la prévision ; on parle également de protection : mesures visant à limiter l’étendue ou/et la gravité des conséquences d’un phénomène dangereux, sans en modifier la probabilité d'occurrence.

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définit trois niveaux de prévention :
- La prévention primaire : Ensemble des actes destinés à diminuer l'incidence d'une maladie, donc à réduire l'apparition des nouveaux cas. En agissant en amont cette prévention empêche l'apparition des maladies, elle utilise l'éducation et l'information auprès de la population.

- La prévention secondaire : Ensemble d'actes destinés à diminuer la prévalence d'une maladie, donc à réduire sa durée d'évolution. Intervient dans le dépistage de toutes les maladies et comprend le début des traitements de la maladie.

- La prévention tertiaire : Ensemble des actes destinés à diminuer la prévalence des incapacités chroniques ou des récidives dans la population, donc à réduire les invalidités fonctionnelles dues à la maladie. Agit en aval de la maladie afin de limiter ou de diminuer les conséquences de la maladie et d'éviter les rechutes. Dans ce stade de prévention les professionnels s'occupent de la réeducation de la personne et de sa réinsertion professionnel et sociale.

PREHENSION

Action de prendre, de saisir.

PLASTICITE CEREBRALE

Capacité du cerveau à récupérer des fonctions atteintes si ces dernières sont stimulées de façon importante et durable par les exercices de réeducation.

PLAQUETTES

Petites cellules circulant dans le sang, participant à la formation des caillots artériels en s'agglutinant.

PHLEBITE

Obturation d'une veine par un caillot.

PENOMBRE
Zone d'ischémie cérébrales réversible, où les cellules peuvent être sauvées par un traitement médical rapide.

NEURONE
 

 [ Neurone ]

Cellule du système nerveux spécialisée dans la communication et le traitement d'informations. Chaque neurone est composé d'un corps cellulaire comportant un noyau, ainsi que deux types de ramifications : les dendrites (entrées) et un axone (sortie des informations). Axones et dendrites de neurones différents entrent en contact via des structures spécialisées : les synapses.

 

MECENAT D ENTREPRISE

Soutien financier ou matériel apporté par une entreprise ou un particulier à une action ou activité d’intérêt général (culture, recherche, humanitaire...). Le mécénat se distingue du sponsoring par la nature des actions soutenues et par le fait qu’il n’y a normalement pas de contreparties contractuelles publicitaires au soutien du mécène. Le mécène apparaît donc de manière relativement discrète autour de l’évènement ou de l’action soutenue, mais il peut par contre afficher son soutien sur ses propres supports de communication. Le mécénat correspond généralement à des objectifs d’image et s’explique également de temps en temps par un intérêt personnel du dirigeant pour la cause soutenue. Le mécénat permet quelques déductions fiscales contrairement au sponsoring qui est considéré comme un investissement publicitaire.

Pour les entreprises, le mécénat offre 60% de réduction d'impôt plafonnés à 0,5% du chiffre d’affaire, toutefois, si excédent il y a, il pourra être reporté au titre des cinq exercices suivants. Il existe également des règles spécifiques concernant la valorisation des différents types de mécénat (de compétence, en nature, en contreparties), définies par le Code général des impôt

ISCHEMIQUE

 [ Ischémique ]

Diminution de l’apport en sang dans un organe, responsable d’une souffrance de cet organe.

80 % des accidents vasculaires cérébraux sont ischémiques, c’est-à-dire causés par le rétrécissement des artères du cerveau ou par des caillots qui bloquent le flux sanguin alimentant le cerveau.

 

ISCHEMIE
Arrêt ou insuffisance de la circulation du sang dans un organe.
voir : ischémique



IRM (Imagerie par Résonance Magnétique)

L’IRM étudie avec une grande précision de nombreux organes tels que le cerveau, la colonne vertébrale, les articulations et les tissus mous. Elle est d’une grande utilité lorsqu’une analyse très fine est nécessaire et que certaines lésions ne sont pas visibles sur les radiographies standards (échographie ou scanner). Elle permet de faire des images en coupes dans différents plans et de reconstruire en trois dimension la structure analysée.

Elle recherche :
- Au niveau du cerveau: des lésions infectieuses ou inflammatoires, des anomalies des vaisseaux, ainsi que des tumeurs.
- Au niveau de la colonne vertébrale: des hernies discales.
- Au niveau des articulations: des lésions ligamentaires ou méniscales.

HYPERTONIE MUSCULAIRE
Augmentation de la tonicité des muscles.

HYPERTENSION ARTERIELLE (H T A)

C’est le facteur de risque d’attaque cérébrale le plus important.
La tension artérielle est déterminée par deux chiffres. Le premier (le plus élevé), est celui de la pression
systolique, c'est-à-dire la pression communiquée au sang dans les artères par le cœur au moment de sa contraction.
Le second est celui de la pression diastolique, c'est-à-dire la pression lors de la decontraction du cœur. Les valeurs normales sont inférieures à 14,0/9,0 c’est-à-dire à 140 millimètres de Mercure pour la systolique et inférieure à 90 millimètres de Mercure pour la diastolique

HYGIENE DE VIE
L'hygiène de vie est l'ensemble des mesures destinées à préserver et à promouvoir la santé. Elle concerne essentiellement les choix de style de vie. L'objet d'une bonne hygiène de vie est de préserver une santé optimale et, de fait, de prévenir un certain nombre de maladies selon certaines règles de santé communautaire.

HEMIPLEGIE

Paralysie de la moitié du corps.

HEMICRANIES

Maux de tête localisés à la moitié du crâne.

HEMICORPS

Moitié du corps.

HEMICHAMPS VISUEL

Moitié du champ visuel.

HEMIANOPSIE

Affaiblissement ou perte de la vision dans une moitié du champ visuel dans les deux yeux.



FONDATION RECONNUE D UTILE PUBLIQUE

C’est la loi du 23 juillet 1987 qui en donne la définition : « la fondation est l’acte par lequel une ou plusieurs personnes physiques ou morales décident l’affectation irrévocable de biens, droits ou ressources à la réalisation d’une œuvre d’intérêt général et à but non lucratif ».
Les biens qui y sont affectés le sont de façon irrévocable. La fondation reconnue d’utilité publique a donc le caractère d’une institution pérenne dont la reconnaissance fait l’objet d’un décret en Conseil d’Etat. Les revenus de la dotation initiale complétés éventuellement par des dons, ressources extérieures et rémunération de services rendus assureront son indépendance et garantiront son fonctionnement régulier.

FIBRINOLYTIQUE

Médicament entraînant la dissolution de la fibrine, participant à la formation du caillot sanguin.

FIBRINOLYSE

Traitement visant à dissoudre une caillot obstruant une artère

FACTEUR DERISQUE

Un facteur de risque est un paramètre corrélé à une incidence accrue d'une maladie.
Il peut être lié à :
- un paramètre socio-démographique (âge, sexe, antécédents familiaux, origine ethnique)
- une habitude de vie (tabac, alcool, alimentation, sédentarité…)
- un état physiologique (tension artérielle, diabète, cholestérol…)
Ces facteurs de risque permettent ainsi de calculer la probabilité qu'a un individu d'avoir un accident vasculaire dans un délai déterminé. Des scores de risque sont ainsi disponibles, permettant de définir si une personne est à haut risque ou à bas risque.

EMBOLIE CARDIAQUE

Caillot formé dans le coeur et pouvant migrer jusqu'au cerveau.

DYSARTHRIE

Difficulté pour articuler les mots.

DON

Le don est l'action de donner un objet, un bien matériel ou immatériel, de l'argent, voire un organe ; cela sans contrepartie au moins apparente ; cela va donc du cadeau personnalisé à des proches aux libéralités ou legs anonymes et réglés par testament à des organisations de charité. Pour parler de don, il convient donc que le donateur agisse sans répondre à aucune forme d'obligation autre que sa motivation, en dehors du respect de formalités légales réglant les dons d'une valeur importante (donation).

DISSECTION CAROTIDIENNE OU VERTEBRALE

Déchirure qui se produit dans la paroi de l'une ou l'autre artère, entraînant la formation d'une collection de sang (hématome).

DIPLOPIE

Vision de deux images pour un même objet.

DIAGNOSTIC MEDICAL

En médecine, le diagnostic est la démarche par laquelle le médecin, généraliste ou spécialiste, la sage-femme ou le chirurgien dentiste, va déterminer l'affection dont souffre le patient, et qui va permettre de proposer un traitement. Il repose sur la recherche des causes (étiologie) et des effets (symptômes) de l'affection ; on parle aussi de « tableau clinique ».

COMA

Le terme « coma » signifie « sommeil profond » en grec ancien.
Etat de perte de la conscience. Le patient ne répond plus ou partiellement aux stimulations extérieures.

CLAUSTROPHOBIE

Angoisse éprouvée dans des lieux clos.

CERVICALGIES

Douleurs localisées au niveau des vertèbres cervicales.

CERVEAU
 

 [ Cerveau ]

Organe du système nerveux central, situé dans la boîte crânienne, siège des fonctions supérieures (fonctions cognitives, sens, réponses nerveuses) et végétatives.

Les hémisphères droit et gauche, divisés en lobes, sont les parties les plus développées chez les mammifères. Elles comprennent des ventricules. L'ensemble est enveloppé par une triple couche de tissu conjonctif, les méninges.

Le bulbe rachidien est situé à la partie postérieure de l'encéphale, au-dessus de la moelle épinière. Il est le centre de contrôle des mouvements réflexes et végétatifs (respiration, modération du rythme cardiaque, régulation des muscles lisses artériels).

Le cervelet est situé au dessus de bulbe rachidien, il est impliqué dans la coordination motrice et l'apprentissage des mouvements routiniers.

Le cerveau est composé de neurones, cellules gliales et astrocytes. Il baigne dans le liquide céphalo-rachidien présent dans les ventricules du cerveau et la moelle.

On distingue substance blanche et substance grise. Le cortex (substance grise), situé dans la partie antérieure de l'encéphale chez les vertébrés, est le siège de l'activité supérieure (fonctions cognitives). Il est constitué par les corps des neurones et comprend plusieurs couches de neurones superposées.

CEPHALEES

Douleurs crâniennes diffuses.

BENEVOLAT

L'étymologie du mot vient du latin benevolus qui signifie "bonne volonté".
Le bénévolat est une activité de service non rétribuée et choisie volontairement qui s'exerce en général au sein d'une association, d'un syndicat ou d'une structure publique. Celui ou celle qui s'adonne au bénévolat est appelé bénévole.

AVC
 

 [ AVC ]

Accident Vasculaire Cérébraux

Perte soudaine et non convulsive des fonctions neurologiques due à un évènement vasculaire intracrânien ischémique ou hémorragique. En général, les AVC sont classés par localisation anatomique, distribution vasculaire, étiologie, âge de l'individu affecté et nature hémorragique ou non hémorragique de l'accident.

Attaque cérébrale
Posté le 05 Jui 2006 par Savet
 

ATTAQUE CEREBRALE ( ACCIDENT VASCULAIRE CEREBRAL -- AVC)

 

L’attaque cérébrale est liée à une perturbation brutale de l’apport de sang au cerveau. Dans 80% elle est liée à l’arrêt de l’approvisionnement du cerveau en sang (ATTAQUE CÉRÉBRALE ischémique) en rapport avec l’obstruction d’une artère. Dans 20%, elle est liée à la rupture d’une artère à l’origine de l’irruption de sang dans le cerveau (ATTAQUE CÉRÉBRALE hémorragique).
 
ASSURANCE MALADIE

L'assurance maladie est un dispositif chargé d'assurer un individu face à des risques financiers de soins en cas de maladie, ainsi qu'un revenu minimal lorsque l'affection prive la personne de travail.
 
ARTERE VERTEBRALES

Artère du cou et de la tête située en arrière de l'artère carotide interne, participant à l'irrigation du cerveau.
 
ARTERE CAROTIDE INTERNE

Artère du cou et de la tête participant à l'irrigation du cerveau.
 
ARTERE

Artère Une artère est un vaisseau sanguin qui transporte du sang riche en oxygène à partir du coeur à travers tout le corps afin d'assurer la nutrition des cellules tissulaires.
 
APHASIE

Trouble du langage consistant en une mauvaise expression ou une mauvaise compréhension des mots, ou les deux.
 
ANTICOAGULANT

Médicament qui empêche la coagulation du sang, rendant plus difficile la formation de caillots.
 
ANTIAGREANT PLAQUETTAIRE

Médicament qui empêche les plaquettes de s'agréger (s'agglutiner) et diminue ainsi le risque de formation de caillots dans les artères.
 
ANEVRISME

ou [anévrysme]

Malformation de la paroi artérielle caractérisée par une dilatation délimitée qui, telle une hernie sur un pneu, peut se rompre.
 
ANESTHESIE

Perte, totale ou partielle, de la sensibilité au contact, à la douleur, au chaud, au froid, dans une partie du corps atteint.
 
AMAUROSE

Perte de la vision au niveau d'un oeil.
 
  ALGODYSTROPHIES

Douleurs localisées au membre supérieur paralysé, liées à l'étirement des ligaments qui soutiennent l'articulation de l'épaule lors de la mobilisation de patient.
 
 

  A I T ( ACCIDENT ISCHEMIQUE TRANSITOIRE)

 

    -durée : moins de 1h  
    -conséquence : tout déficit neurologique aigu, à scanner normal, de moins de 3 h, doit amener la discussion d'une fibrinolyse si le score NIH >4 (Recommandation ANAES, Mai 2004)

 

AIDES SOCIALES

Des aides sociales peuvent être proposées pour faciliter le retour au domicile du patient :
- Aide ménagère,
- Auxiliaire de vie, qui assiste les patients dans leurs actes quotidiens, mais ne pratique aucun soin médical.

 

  AIDES MEDICALES

Si le retour au domicile à partir de l'hôpital ou du lieu de rééducation est possible, et que le patient présente encore un handicap, plusieurs aides prises en charge à 100% par la Sécurité Sociale peuvent être proposées :
- Une infirmière libérale se déplacera à domicile pour les soins de toilette, prises de médicaments, etc.
- Des kinésithérapeutes et orthophonistes peuvent également se déplacer à domicile
- Du matériel médical peut être fourni en location sur prescription médicale (lit médicalisé, fauteuil roulant, ...)

 

AFFECTION LONGUE DUREE

Une affection de longue durée exonérante est une maladie qui nécessite un suivi et des soins prolongés (plus de six mois) et des traitements coûteux ouvrant droit à la prise en charge à 100 %. Il s'agit des affections de longue durée inscrites sur une liste établie par le Ministre de la Santé (liste des A.L.D. 30), dont l'accident vasculaire cérébral invalidant fait partie.